Mon River Island

Infos et aide

Nous suivre

Qui sommes-nous ?

River Island : communiqué concernant l'esclavage moderne 2018

River Island est une entreprise familiale qui s'engage fermement dans la protection des droits et de la dignité de toutes les personnes jouant un rôle dans notre chaîne d'approvisionnement à l'échelle mondiale. De plus, nous nous engageons sincèrement et depuis longtemps à pratiquer un commerce équitable car nous pensons que le commerce peut être à la fois rentable et responsable. Nous prenons l'abolition de l'esclavage moderne très au sérieux. C'est pourquoi nous avons incorporé cet objectif dans notre programme et politique de commerce éthique. Afin de répondre à ce défi mondial, nous nous engageons à travailler en collaboration avec des acteurs clés tels que l'ETI et ses membres, les organisations gouvernementales, les ONG, les autorités locales et d'autres partenaires. En 2018, les usines principales (premier rang) de River Island ont employé 360 000 ouvriers, dont 190 000 femmes.

Le communiqué suivant a été publié conformément au Modern Slavery Act (2015) et offre un aperçu des démarches entreprises par River Island, au cours de l'année financière se terminant au 29 décembre 2018, pour identifier et prévenir l'esclavage moderne et la traite d'êtres humains dans notre secteur d'affaires et nos chaînes d'approvisionnement.

(A) À propos de River Island

River Island est un détaillant multicanal basé au Royaume-Uni faisant partie des entreprises leaders du secteur de la mode. Nous proposons des vêtements pour femme, pour homme et pour enfant, ainsi que des articles de décoration. River Island a été créé en 1988 et fait partie du Lewis Trust Group, une entreprise privée. Le groupe a été fondé en 1948 par Bernard Lewis. Sa famille et lui sont toujours aujourd'hui très activement impliqués dans la gestion de River Island.

Nous possédons 319 boutiques dans 14 pays sur 3 continents, et vendons nos produits dans 120 pays en ligne. Le chiffre d'affaires de River Island a atteint environ 1 milliard de livres sterling en 2018.

Notre siège social situé dans l'ouest de Londres abrite les activités de création et développement, achats et merchandising, le marketing, les équipes dédiées à la technique, l'éthique, l'approvisionnement, la logistique, le juridique et la finance. Notre centre de distribution de Milton Keynes reçoit, gère et distribue nos produits aux magasins, à nos partenaires et à nos clients en ligne. Notre équipe informatique se partage entre notre siège social et notre centre technique situé dans l'est de Londres.

Nombre total d'employés en 2018 :

Siège social : 1330
Centre de distribution : 648
Vente : 6788

Nos produits sont en majeure partie notre propre marque et comprennent vêtements, chaussures, sacs, accessoires et articles déco. En 2018, nos produits venaient de plus de 29 pays mais les « 5 premiers » pays (Chine, Turquie, Roumanie, Inde et Bangladesh), représentaient 72 % de notre gamme. Les 12 premiers pays ont fourni 92 % de nos collections.

Nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs et avons pour objectif de construire des relations d'affaires à long terme. En 2017 nous avons travaillé avec 285 fournisseurs de produits (574 usines). Soixante-quinze pour cent des produits River Island proviennent des 50 premiers fournisseurs (les 20 premiers représentent 55 %).

Nous travaillons en étroite collaboration avec nos fournisseurs et avons pour objectif de construire des relations d'affaires à long terme. En 2018 nous avons travaillé avec 341 fournisseurs de produits (534 usines). 73 % des produits River Island proviennent des 50 premiers fournisseurs (les 20 premiers représentent 51 %).

Nous achetons de nombreux produits et services (aménagement de magasin, packaging, nettoyage, restauration, logistique, sécurité, informatique, marketing, commerce électronique, conseil, etc ; regroupés collectivement dans la catégorie « produits non destinés à la revente » ou « GNFR ») auprès de fournisseurs tiers, dont la majeure partie est basée au Royaume-Uni.

(B) POLITIQUES DE RIVER ISLAND - Esclavage et traite d'êtres humains

Manuel fournisseur - Les fournisseurs de River Island sont contractuellement liés par les conditions générales telles qu'apparaissant dans le manuel fournisseur, qui inclut l'acceptation des politiques suivantes, concernant la protection et la promotion des droits de l'homme :

Politique éthique River Island (basée sur les principes clés de l'ETI)

Télécharger notre brochure.

Ce code définit les responsabilités éthiques partagées entre les fournisseurs et les acheteurs de River Island.

Politique River Island contre l'esclavage et la traite d'êtres humains (incorporée dans nos contrats en 2016)

Télécharger la politique.

Contrats employés - tous les contrats employés de River Island incluent directement un ensemble de points conçus pour protéger les droits des travailleurs et promouvoir une chaîne d'approvisionnement sûre et juste. - cela inclut la politique éthique River Island indiquée ci-dessus, la politique River Island contre l'esclavage et la traite d'êtres humains, ainsi que la politique River Island contre la subordination et la corruption, et la politique de dénonciation.

Contrats GNFR - ces derniers requièrent tous la conformité au « Modern Slavery Act », et les relations considérées comme intervenant dans des zones à « haut risque », selon les critères ci-dessous, requièrent en particulier l'adhérence à la politique River Island contre l'esclavage et la traite des êtres humains.

(C) AUDIT PRÉALABLE et évaluation des risques liés à l'esclavage moderne en 2018

River Island est membre de l'ETI depuis 2008, et a adopté le code de base de l'ETI comme base de critères minimum mesurés en continu chez nos fournisseurs et les usines. Depuis 2016, cela inclut une évaluation continue des risques liés à l'esclavage moderne. Si notre approche éthique est pensée pour favoriser la confiance et la transparence avec nos fournisseurs et les usines (pour comprendre au mieux les conditions, les risques et les challenges existants), nous réalisons que les pratiques systémiques et potentiellement profondément enracinées associées à l'esclavage moderne peuvent ne pas être identifiées par le biais de visites arrangées à l'avance.

Depuis 2017, 96 % de nos visites d'audit éthique sont organisées de façon imprévue. Nous avons pour objectif de collaborer et d'agir pour apporter des améliorations lorsque cela est nécessaire, mais cesserons toute activité commerciale avec un fournisseur ou une usine affichant les caractéristiques suivantes : réfractaire au dialogue, qui ne prendrait pas ses responsabilités pour atteindre nos normes éthiques, ou qui n'apporterait pas les améliorations requises pour résoudre de graves problèmes de conformité dans le temps imparti convenu. Jusqu'à présent, nous nous sommes concentrés sur le « premier rang » de fournisseurs, usines et sous-traitants qui fabriquent directement nos produits.

Notre audit préalable sur l'esclavage moderne couvre les domaines clés suivants :

Processus concernant les nouveaux fournisseurs et les nouvelles usines : les commandes ne peuvent être effectuées auprès d'un fournisseur ou d'une usine avant qu'une évaluation préalable n'ait été menée et qu'un accord n'ait été donné par les équipes de River Island dédiées à l'éthique (ainsi qu'à la technique et au commercial). Cela inclut tous les sous-traitants de premier rang. Nous contrôlons les audits et plans d'action menés par des tiers indépendants (SMETA) et pouvons aussi avoir recours à des validations d'audits internes à River Island, en fonction des risques.

Visibilité sur les lieux de production : les fournisseurs sont contractuellement tenus de fabriquer des produits River Island dans l'usine citée sur le devis (PO). seuls les sites pré-approuvés peuvent être utilisés et une acceptation écrite est requise en cas de changement de site. Cela nous permet de mettre en place un suivi, et un contrôle de risques de nos sites de production selon la localisation et le niveau des entreprises. La priorité est donnée aux audits et ressources éthiques et gérée en conséquence.

Sous-traitance illégale ou dissimulée : notre code d'éthique impose que seuls les usines et sous-traitants audités et approuvés soient utilisés. Cependant, nous sommes conscients que nous ne pouvons pas ignorer le risque de sous-traitance illégale à des unités non satisfaisantes sur le plan éthique (pouvant favoriser des conditions et pratiques liées à l'esclavage moderne).

Nous avons continué à concentrer nos efforts sur l'identification et la prévention de la sous-traitance de premier rang. En 2018, comme mentionné plus haut dans le rapport, la majeure partie de nos visites d'usines se sont déroulées de manière imprévue et ont continué d'inclure des procédures supplémentaires pour nous assurer que les produits étaient produits en lieu et date convenus, et pour mettre l'accent sur les éventuels produits manquants. Les dossiers sont étudiés pour identifier la moindre unité de production non déclarée, et nous visitons ensuite celles-ci afin d'évaluer les conditions de travail.

Nous prenons en compte les circonstances et les causes de chaque problème découvert avant de déterminer la solution appropriée et d'agir pour corriger le problème au niveau du fournisseur/de l'usine. Par exemple : l'unité passe l'évaluation « Nouvelle organisation de l'usine » ainsi que le processus d'approbation et nous mettons en place un programme de suivi continu du fournisseur/de l'usine. Suite à l'intensification de nos efforts, nous avons découvert en 2018 11 cas de sous-traitance non approuvée qui a mené à une remédiation avec 8 fournisseurs (11 sites de production).

Les violations sérieuses et répétées de notre politique éthique, ainsi qu'un manque de clarté et de coopération répété peuvent nous pousser à retirer un fournisseur ou une usine de notre liste de sources approuvées.

Études de cas :

Sur une période de six mois entre fin 2017 et début 2018, nous avons découvert que deux de nos fournisseurs clés sous-traitaient nos commandes à des sites non approuvés en Turquie. En conséquence, plusieurs réunions ont été organisées avec les deux fournisseurs et les équipes achats afin de mettre en place une action immédiate pour mettre fin à ce problème. Nous avons organisé plusieurs audits et visites imprévus sur plusieurs sites au cours desquels nous avons mené des vérifications complètes. Nous sommes tout à fait conscients que la plupart des travailleurs vulnérables travaillent sur des sites de production cachés. Étant donné la complication supplémentaire due à la situation des réfugiés syriens et autres dans la région, nous avons agi rapidement pour remédier à la situation et regagner une visibilité totale sur notre production.

Suite à cet incident, nous avons organisé une Journée fournisseurs sur le commerce éthique à Istanbul, à laquelle plus de 40 fournisseurs ont participé. Nous avons proposé de la formation et des débats, soutenus par des experts externes sur des sujets incluant : la transparence des chaînes d'approvisionnement, le travail à domicile, l'esclavage moderne, les réfugiés syriens, l'accord fournisseur de River Island et la sous-traitance. Le contenu a été proposé en anglais et en turc, via des interprètes. Dans le cadre du processus visant à diminuer les risques de sous-traitance, nous avons proposé à tous nos fournisseurs une amnistie de 30 jours, pour leur laisser l'opportunité de nous informer d'éventuels sites non approuvés utilisés et de difficultés liées à leur capacité, pour nous permettre de proposer de nouvelles unités et ainsi réduire les risques de sous-traitance ponctuelle.

Évaluation de la gestion des risques : nous sommes conscients que certains lieux de production présentent un risque plus important d'esclavage moderne et de traite d'êtres humains. les facteurs clés incluent l'existence de travailleurs migrants (dans un pays ou entre pays), et de jeunes travailleurs (risque de travail des enfants), une présence élevée de réfugiés, de travailleurs intérimaires, l'externalisation de fonctions RH et le travail féminin. De plus, le contexte sécuritaire et la menace terroriste grandissante dans certains pays rendent plus difficiles les visites de contrôle. La Turquie, la Chine, l'Inde et le Royaume-Uni font toujours partie des pays les plus à risques auprès desquels nous nous approvisionnons. Notre collaboration avec ces pays a baissé de 6 % depuis notre dernier rapport.

Nous avons déterminé que la Turquie, la Chine, l'Inde, le Royaume-Uni et l'Île Maurice sont des zones à haut risque pour l'esclavage moderne.

Visites et audits éthiques de River Island : nous avons des équipes dédiées à l'éthique basées dans cinq pays de production clés. Celles-ci voyagent au niveau régional pour effectuer des visites dans les usines. Elles donnent suite aux audits de tiers, contrôlent les mesures correctives et aident à résoudre les problèmes éventuels. La majeure partie de ces visites sont organisées de façon imprévue, pour nous permettre de découvrir les conditions éthiques réelles et valider que les produits sont fabriqués dans les usines ayant reçu une approbation. Nous visons à agir de manière proactive en cas de problème, et demandons aux fournisseurs et aux usines de collaborer avec nous dans le cadre d'un programme d'amélioration en continu ayant pour but de corriger les problèmes et améliorer la transparence.

En 2018, notre équipe dédiée à l'éthique a évalué 421 usines et effectué 218 visites d'audit, dont 49 en Turquie, 47 en Chine, 36 en Inde, 40 au Royaume-Uni, 36 en Europe de l'Est et 10 au Pakistan.

Analyse de performance des fournisseurs : la conformité avec le code d'éthique de River Island est une responsabilité contractuelle pour les fournisseurs. les équipes achat de River Island mènent des contrôles qualité fournisseur complets deux fois par an. L'équipe dédiée à l'éthique attribue une note éthique/un rapport pour chaque fournisseur pour s'assurer que les équipes achat connaissent et considèrent les performances éthiques et les risques lorsqu'elles établissent leur plan d'approvisionnement. Les acheteurs passent le plan en revue avec leur responsable et la direction de l'approvisionnement et de l'éthique et discutent des risques éthiques et des actions à entreprendre avant chaque nouvelle saison.

Stratégie par rapports aux fournisseurs :

Nous portons une attention particulière à la consolidation et à la conformité des fournisseurs à travers les départements de River Island pour encourager une collaboration plus étroite, améliorer le rendement, et profiter de partenariats commerciaux mutuellement avantageux avec nos fournisseurs clés. Cet engagement a été communiqué par notre PDG et nos directeurs senior à l'occasion de notre Conférence fournisseurs en octobre 2018. Depuis, nous avons lancé un programme stratégique vis à vis des fournisseurs pour favoriser le développement de cette initiative, en nous concentrant particulièrement sur l'approvisionnement et l'innovation responsables. Des informations complémentaires seront ajoutées à notre Déclaration sur l'esclavage moderne 2019.

ETI : groupes de travail et collaboration : nous travaillons avec d'autres marques, experts, ONG et autres acteurs clés pour faire face aux challenges éthiques courants et importants. Par exemple :

Progamme UK Fast Forward : Nous continuons à participer au programme UK Fast Forward Improvement (télécharger la brochure. )https://www.fastforwarduk.org/) et collaborons avec d'autres marques sous la direction de David Camp. David est le fondateur de « Stronger Together », une initiative créée spécialement pour s'attaquer au problème de l'esclavage moderne dans le domaine de l'agriculture et de l'industrie alimentaire. Il a adapté sa méthodologie et son approche à toutes les usines du Royaume-Uni.

En 2018 nous avons continué à suivre la formation « Fast Forward » comprenant des audits et des validations d'audits surprises, dans toutes les usines River Island situées au Royaume-Uni, y compris chez les sous-traitants de premier rang. Nous avons aujourd'hui consolidé nos activités au Royaume-Uni avec des usines capables de faire preuve de conformité et d'améliorations permanentes. En 2018, nous avons effectué 40 visites UK Fast Forward, dans l'intégralité des 1 usines de premier rang, ainsi que dans 12 unités de 2ème rang (unités d'impression/de lavage et d'emballage), et dans 3 entrepôts.

Étude de cas Programme Fast Forward - unité de retraitement au Royaume-Uni : Dans le cadre de notre engagement envers le programme Fast Forward, nous avons travaillé avec différents domaines de notre chaîne logistique du Royaume-Uni afin de nous assurer que les standards pour les travailleurs sont maintenus et que les fournisseurs sont conscients de leur engagement envers le programme.

Dans le cadre de ce programme nous avons travaillé avec un site de retraitement clé au Royaume-Uni, qui faisait initialement face à des difficultés pour respecter les standards requis et a bénéficié de la formation et du soutien du programme.

Lorsque nous nous sommes initialement engagés avec eux dans le programme ils faisaient face à plusieurs problèmes au niveau du recrutement, des congés payés, des procédures du droit au travail, et des systèmes de management. Ces problèmes ne nous permettaient pas d'avoir accès à une visibilité transparente du site et en résultait un statut à haut risque pour l'entreprise.

Après avoir travaillé avec eux pendant plusieurs mois, leur apportant aide et conseils, ils ont atteint le statut « Performing » en début d'année 2018. Nous allons continuer à travailler avec eux en 2019 dans l'optique qu'ils atteignent le statut « Leading ».

Emploi de migrants : le risque d'esclavage moderne est plus élevé dans les pays qui comptent sur le travail des migrants. En 2018, nous avons collaboré avec d'autres marques dans des pays cible afin de visiter, évaluer et surveiller les usines clés que nous partageons, et au niveau des pratiques d'embauche pour garantir que les travailleurs migrants sont employés de façon légale et éthique. Sur nos 360 000 travailleurs de premier rang, nous estimons que 22 000 travailleurs sont migrants.

Étude de cas sur les travail des migrants : Dongguan, Chine - Au cours d'un audit organisé de manière imprévue (mené conjointement avec une autre marque membre de l'ETI) notre auditeur a vérifié les papiers d'identité d'un jeune travailleur et a découvert qu'il s'agissait d'un enfant de 15 ans et 9 mois. Il a été demandé au fournisseur et au responsable de l'usine de placer l'enfant à l'abri dans le dortoir jusqu'au retour de notre auditeur accompagné par une ONG locale. Le travailleur a été renvoyé dans sa ville natale où vivait son père et a fait l'objet de plusieurs visites des membres de l'ONG et du fournisseur. Ils ont été choisis pour lui rendre visite car ils étaient capables d'identifier l'enfant grâce à des rencontres préalables et pouvaient veiller à ce que les plans de soutien mis en place soient maintenus. Initialement l'enfant ne souhaitait pas retourner à l'école mais a choisi une formation en mécanique à la place. À la fin de l'année 2018, après avoir terminé sa formation en mécanique, il a décidé de reprendre des études à plein temps. Celles-ci seront entièrement financées jusqu'à validation complète du cursus choisi.

En nous appuyant sur cet épisode, nous avons mis en place une formation en recrutement pour toutes les usines liées à ce fournisseur (4 sites au total).

Nous allons de nouveau proposer ces informations sur le recrutement à tous les fournisseurs à l'occasion de notre Conférence fournisseurs sur l'éthique 2019 en Chine (ainsi que sur la sous-traitance et les obstacles à la transparence de la chaîne logistique qui ont considérablement augmenté le risque d’esclavage moderne dans la région).

Audit préalable sur les activités opérationnelles : Nous continuons de mener un programme d'audit préalable et d'évaluation des risques sur toutes les autres activités commerciales dans le cadre du GNFR (Goods Not For Resale). tous les partenaires « GNFR » ont également été évalués et classés en fonction des risques. Chaque fournisseur « GNFR » jugé à risque moyen ou haut risque d'esclavage moderne doit à présent incorporer notre politique contre l'esclavage et la traite d'êtres humains et indiquer expressément son engagement à la respecter.

(A) GOUVERNANCE SUR L'ESCLAVAGE MODERNE

Comité de pilotage sur l'approvisionnement, l'éthique et les chaînes d'approvisionnement : organisé tous les trimestres et présidé par notre PDG. Y assistent également : le directeur des opérations, les directeurs achat et le directeur de la chaîne d'approvisionnement. Nous passons en revue la stratégie liée à l'approvisionnement et notre base de fournisseurs, et nous mettons en évidence les risques clés et les actions requises pour respecter le code éthique de River Island et notre politique contre l'esclavage et la traite d'êtres humains.

Groupe de travail sur l'esclavage moderne : ce groupe inter-fonction composé de dirigeants senior de tous les départements River Island (DC, magasins, RH, procurement GNFR et sites au Royaume-Uni) rend compte au conseil de direction, reçoit des consignes et des conseils du directeur d'approvisionnement éthique, et se concentre sur l'approvisionnement de produits non griffés ainsi que sur les opérations et les services River Island.

B) FORMATION DE SENSIBILISATION SUR L'ESCLAVAGE MODERNE

Intégration de l'approvisionnement éthique : tous les membres des équipes achat de River Island et les nouveaux employés sont tenus de suivre une session sur l'éthique qui offre des informations détaillées sur le code de base de l'ETI. Nous proposons également un module de formation en ligne sur l'esclavage moderne. La validation de ce modèle interactif est obligatoire pour tous les employés du siège. Cette obligation est en passe d'être étendue à tous les sites River Island du Royaume-Uni. Les scores et classements seront contrôlés, pour assurer la prise de conscience et la compréhension de l'esclavage moderne dans tous les domaines d'activités.

Participation et formation : en tant que membre actif de l'ETI nous participons régulièrement à des réunions d'information et à des réunions de groupes de travail. Cela nous permet d'avoir des opportunités pour susciter une prise de conscience, de partager des expériences et des savoirs, et de collaborer sur des questions clés dont l'esclavage moderne, la liberté d'association et l'égalité de genre.

En 2018 nous avons signé le Apparel and General Merchandise Public Private Protocol, un accord commun conçu pour combattre l'exploitation de la main d'œuvre dans le secteur de la fabrication de vêtements au Royaume-Uni. Ce protocole engage les signataires à travailler ensemble pour éradiquer l'esclavage et l'exploitation dans les chaînes d'approvisionnement textiles. Ils se sont engagés à sensibiliser le public pour prévenir l'exploitation au travail, protéger les travailleurs vulnérables et exploités, et mettre fin aux pratiques d'exploitation et aider à amener les criminels devant la justice. Ce groupe rassemble plusieurs marques leaders du secteur de la mode au Royaume-Uni et des institutions importantes chargées de l'application des lois dont Gang Masters and Labour Abuse Authority (GLAA), Department for Work and Pensions (DWP), Employment Agency Standards inspectorate, Health and Safety Executive (HSE), HMRC et Immigration Enforcement and the Insolvency Service, qui ont tous signé le document. Le protocole est également soutenu par des organismes du secteur comme : British Retail Consortium, UK Fashion and Textiles Association, et le système d'audit Fast Forward.

https://www.gla.gov.uk/i-am-a/i-use-workers/apparel-and-general-merchandise-public-private-protocol/

(C) L'AN PROCHAIN

Nous ne sommes qu'au début d'un long voyage vers l'éradication de l'esclavage moderne à une échelle mondiale. Nous nous devons de rester conscients des changements et des risques causés par les facteurs politiques, environnementaux et économiques comme les guerres, les migrations, la pénurie de main-d'œuvre et l'augmentation des tarifs.

Nos fournisseurs sont nos partenaires et nous avons plus de chance de résoudre le problème de l'esclavage moderne si nous partageons une compréhension et une responsabilité communes.

En 2019 nous continuerons à nous concentrer sur notre chaîne d'approvisionnement, en utilisant nos équipes présentes dans les pays pour mener des audits et fournir soutient et assistance aux usines. Nos équipes sur le terrain continuent à travailler sur la prise de conscience et leur expérience de l'esclavage moderne, de l'utilisation d'agents et de la traite des êtres humains, et nous continuerons à collaborer et à partager notre expérience et notre savoir avec les organisations non gouvernementales, les autres marques ETI, les fournisseurs et les agents locaux afin de créer des solutions efficaces (y compris la compensation des travailleurs, la détection et la prévention). Nous continuerons à diffuser ces connaissances via nos Conférences fournisseurs régionales sur l'éthique (en Chine et en Inde en 2019).

En 2019, notre stratégie liée à l'approvisionnement se concentre sur la consolidation des relations avec les fournisseurs, basée sur la performance. Nous avons désormais une visibilité centrale sur les feuilles de performances des fournisseurs, une nouvelle structure divisionnaire de gestion X-Divisional et un nouveau programme de stratégie fournisseur. Cela va nous aider à consolider la chaîne d'approvisionnement, la collaboration, la performance et la visibilité. L'approvisionnement éthique et responsable et au cœur de cette stratégie.

Nous allons également continuer à ajouter des fournisseurs de premier rang (imprimeries et blanchisseries) à notre processus d'audit et d'évaluation des risques. Nous produirons des rapports et construirons une meilleure visibilité de nos usines de tissu clés (classées par ordre de priorité selon le niveau d'activité et de rentabilité). Cela constituera une première étape vers une meilleure visibilité et une meilleure évaluation des risques de nos fournisseurs de premier rang dans le futur.

En 2019 nous allons également continuer à cartographier notre chaîne d'approvisionnement « GNFR » et à étendre notre processus d'évaluation des risques. Nous explorerons des initiatives dans chaque département pour réduire les risques d'esclavage moderne, et effectuerons des audits là ou cela est nécessaire.

Nous allons continuer à chercher des façons de mesurer la performance des actions que nous menons pour combattre l'esclavage moderne et la traite des êtres humains au niveau de notre activité et de notre chaîne logistique, afin de nous permettre d'évaluer l'efficacité de nos pratiques.

BEN LEWIS, PDG
BEN LEWIS, PDG

Déclaration sur l'esclavage moderne de 2017 par River Island

Déclaration sur l'esclavage moderne de 2016 par River Island

;